Projet de consolidation de la paix avec des réfugiés du Sri Lanka et du JRS Tamil Nadu

Enfin, le jour est venu où nous avons mis en pratique le manuel de consolidation de la paix que nous avions construit en collaboration avec le JRS. La mise en œuvre a consisté en une formation des 225 animateurs des centres d’éducation complémentaire (CEC) que le JRS a construits dans les différents camps de réfugiés tamouls du Sri Lanka, dans l’état du Tamil Nadu en Inde.

Au total, nous avons effectué 4 sessions de formation de 3 jours et une session finale de 5 jours pour le personnel du JRS. Le but de ces sessions de formation était de transférer les connaissances de la partie du manuel de construction de la paix créée par Clown Science Dreams au personnel et aux animateurs du JRS afin qu’ils puissent l’appliquer dans les camps de réfugiés.

Au cours des quatre premiers tours, nous avons eu l’occasion de revoir les 225 facilitateurs de la CEC dans les camps de réfugiés, qui sont eux-mêmes des réfugiés. Les tournées ont eu lieu à Madurai, Vellore, Madurai et Dindigul.

C’étaient des moments de grande joie et de participation, tous les animateurs se sont totalement tournés vers la formation, partageant avec nous leurs expériences et leurs motivations, leurs chagrins et leurs joies. Pour nous, c’était une fierté, un cadeau, de pouvoir partager ces moments avec eux. et sentent comment ils nous ont accueillis à bras ouverts, sans réserves.

A chaque tour, comme d’habitude, la nuit du deuxième jour, le personnel et les animateurs du JRS ont organisé la soirée culturelle au cours de laquelle ils ont exposé leurs talents artistiques … en chantant des chansons tamoules typiques, en récitant des poèmes, en dansant ou en présentant des pièces de théâtre d’émotion et de tradition … C’étaient des moments spéciaux, qu’ils nous ont fièrement offerts, qu’ils nous ont donnés.

La dernière série de 5 jours a été consacrée à la formation du personnel du JRS Tamil Nadu pour lui permettre de terminer la formation de la partie en attente destinée aux facilitateurs. C’était intense, dense et grâce à sa qualité humaine très enrichissante. Ensemble, nous avons pu parcourir pas à pas la majeure partie du manuel, en construisant leurs histoires, nos expériences et ensemble, nous avons partagé un temps incroyable.

En dehors de ce qu’ils ont vécu, nous pouvions ressentir les expériences vécues au cours de nombreuses périodes terrifiantes, mais nous avons également appris de leur joie et de leur force à surmonter toutes les situations, ensemble, en communauté, toujours prêts à partager et à se répandre. ensemble.

C’étaient des journées intenses, parfois difficiles et fatiguées, mais aussi pleines de joie et d’amour. Ils nous ont aidés à les connaître un peu plus, à en connaître un peu plus sur leur histoire et à nous connaître nous-mêmes, en partageant avec eux notre intérieur, notre cœur … Nous sommes sûrs que nous nous verrons … Vous nous manquez déjà !!!

Drop Out Girls du JRS Tamil Nadu, se consacrant à partager pour améliorer l’avenir

La prochaine collaboration a été faite dans la ville indienne de Trichy (Tiruchirapally). Nous sommes revenus pour donner une formation aux filles dans les camps de réfugiés du Sri Lanka.

Le projet de JRS Drop Out Girls propose à ces filles une formation technique professionnelle leur permettant d’avoir un avenir, une formation leur permettant de gagner un salaire dans l’avenir.

Une formation est fournie pour la coupe et la confection de vêtements à l’aide de machines à coudre. L’anglais est également appris à travailler dans un salon de beauté, un métier commun de la culture où ils vivent et qui leur rapportera un revenu relativement facile et rapide. .

La formation s’est déroulée dans une maison des moines capucins, un lieu parfait et simple, avec des salles pour les filles, les baskets (nous) et une grande salle où nous pourrions faire l’atelier. Nous nous attendions à une semaine d’entraînement intensif, toute la journée, pendant 5 jours, avec 27 filles âgées de 14 à 22 ans. Nous allions partager de grandes expériences ensemble, où nous pourrions apprendre les uns des autres tout en apprenant de nous-mêmes.

Les premiers contacts, comme nous le faisons habituellement, ont été difficiles, ils étaient très timides, ils étaient surpris et se cachaient parmi eux … nous nous en sommes servis pour plaisanter et provoquer un peu … de cette façon, nous avons commencé à briser la glace.

Nous avons commencé la formation par des activités qui leur ont permis de comprendre ce que nous faisions là-bas. Petit à petit, le lien a augmenté, nous avons commencé à partager nos expériences. Chaque jour qui a passé la confiance a augmenté et cela a été perceptible dans les résultats, dans la livraison, et nous l’avons apprécié.

Nous avons passé toute la journée ensemble à manger et à dîner ensemble, nous avons parlé de notre vie. Nous avons demandé et ils nous ont demandé, il était très intéressant de comprendre un peu plus les différences culturelles possibles et les différents cadres vitaux. Nous avons commencé à avoir une blague commune qui a rapproché la relation.

Jusqu’au dernier jour d’entraînement, ce n’était pas facile. Nous avons fait les dernières activités et il était temps de dire au revoir. Il y avait des larmes et on nous a demandé que la formation dure plus longtemps! Ils étaient totalement livrés et ils passaient un bon moment …

Ils nous ont dit de très bons mots, l’évaluation de la formation a été passionnante et émotive … Nous étions heureux de savoir que nous avions contribué à améliorer leur vie, de faire partie de leur mémoire avec le sourire. Nous y retournerons sûrement et nous pourrons partager plus de temps ensemble … vous nous manquerez …

JRS Sri Lanka Réfugiés, semer l’avenir du peuple

Après l’expérience avec les réfugiés Chin à Delhi, le JRS nous a demandé de donner un autre atelier, cette fois aux réfugiés du Sri Lanka. Dans l’État indien du Tamil Nadu, il y a 107 camps de réfugiés au Sri Lanka. Ce sont des réfugiés qui ont pour la plupart quitté le Sri Lanka à cause de la guerre civile.

Au cours de la colonisation anglaise, un grand nombre de travailleurs indiens ont été transférés, principalement de l’État du Tamil Nadu, dans les plantations de thé de Ceylan (nom anglais du Sri Lanka). Le conflit entre les deux groupes ethniques prédominants a commencé dès le départ des colonisateurs.

Les tensions accumulées ont explosé en 1983 en juillet noir, une révolte au niveau national. Depuis lors, une guerre civile qui dure depuis 25 ans a commencé, les Tamouls ont revendiqué le nord du Sri Lanka alors que le gouvernement n’accepte pas les conditions. En 2009, les Tamouls ont admis leur défaite et la guerre s’est terminée. Tout au long de la guerre civile, une partie de la population s’est déplacée vers le Tamil Nadu, en Inde, où elle vit depuis, attendant une solution, sans solution pour l’avenir au Sri Lanka ni de nationalité indienne, elle n’a pas les droits que le Citoyens indiens, bien qu’ils y résident depuis des décennies.

Le JRS est chargé de former les réfugiés à devenir des enseignants du développement personnel et professionnel dans les camps de réfugiés. Ceux-ci encouragent et enseignent les compétences aux jeunes et aux adultes dans les camps de réfugiés afin de faciliter leur intégration dans l’emploi où qu’ils résident.

Nous allions faire une formation pour ces enseignants lors de la première édition de la réunion des enseignants de tous les camps de réfugiés du Sri Lanka au Tamil Nadu, qui se tiendra pendant deux jours à Tiruchirapally, ou Trichy.

L’objectif de cette réunion était d’unir tous les professeurs des différents camps de réfugiés pour apprendre à se connaître et partager leurs expériences. Avec le personnel du JRS qui les gère, c’était un total de 250 personnes. Notre contact était le directeur du JRS Tamil Nadu, le père Alex, directeur du JRS Tamil Nadu, un homme très gentil.

Nous sommes arrivés à Trichy en avion de Delhi. Le manque de temps et la distance énorme entre Delhi et Trichy signifiaient que nous ne pouvions pas y aller en train. Nous y avons été accueillis par le Père Alex, qui nous a emmenés à notre hébergement, situé au centre de développement personnel, TMSS de Trichy, où la réunion allait commencer le jour suivant.

Nous sommes allés dans la salle pour revoir le plan un peu pour les deux prochains jours. Nous ferions 4 séances de 2 heures à des groupes de 60 personnes entre 20 et 30 ans. Deux personnes pour 60 personnes était un défi … mais nous étions sûrs que ce ne serait pas difficile.

Et ça a commencé sur Trichy !!!! Le petit déjeuner a commencé à 7h30, mais les sessions ne commenceraient pas avant 10 heures. Il y a d’abord eu une cérémonie pour présenter l’événement à des invités tels que le représentant des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), le chef de la police du Tamil Nadu, une personne très puissante ou le père supérieur des jésuites du Tamil Nadu. Entre des danses et des discours typiques que nous ne comprenions pas, nous avons passé un moment divertissant …

Et le moment de vérité est arrivé. Dans une immense pièce, nous avions près de 60 personnes. ils avaient placé les chaises comme une salle de conférence et ils étaient tous assis en train d’attendre le discours … en Inde, ils adorent les discours … Eh bien, pas cette fois … nous avons obligé tout le monde à se lever et à empiler les chaises au bout de la pièce. Tout le monde l’a fait avec un visage entre choc et étonnement … hehehe …

Nous avons commencé avec l’échauffement, un ton amusant et décontracté, puis les exercices de concentration typiques pour unir et focaliser le groupe, et nous sommes déjà sur le terrain. Nous avions préparé des exercices de communication et de travail en groupe. Tout était génial, communication, coordination, tout le monde s’est bien amusé. Ils ont été surpris d’effectuer des exercices pratiques !!

Les visages de concentration et de plaisir étaient super! À chaque instant, ils découvraient eux-mêmes les concepts, les partageaient, jouaient avec eux. Ils ont découvert différentes réalités en plus de simples et évidentes …

Le contenu des ateliers était le même pour les 4 groupes. Bien que nous ayons manqué de temps pour effectuer le dernier exercice dans tous les cas, la séquence des exercices était grande, pour le plaisir et l’enrichissement de tous.

Groupe à groupe conclu avec des commentaires différents mais orientés dans le même sens, et surtout loué les techniques d’enseignement … nous sommes des clowns! qu’espériez-vous? Pour le meilleur ou pour le pire, ce fait ne pouvait passer inaperçu … hahahaha …

Et la nuit est venue. Dans le programme j’avais préparé une sorte de gala de Noël, où différents groupes montraient des danses qu’ils avaient préparées, lisant des poèmes, des sketches, des chansons … Jusqu’à ce que ce soit notre tour … Ils nous ont demandé de faire quelque chose … à faire!!!!!

Honte tué 250 personnes avant d’arriver à chanter une chanson … sans musique !! Eh bien, ce « nous » est pas tout à fait vrai … Mayra très hardiment un pas de côté et laissez-moi les mains brunes … Quoi qu’il en soit, nous avons la vidéo, mais ne va pas être en mesure de voir me souviens pas le temps … hahaha … aussi, tout cela, il y avait deux le Père Noël, avec des masques effrayants … ratatinés Mais tout le monde avait une explosion, a passé un peu de temps ensemble profiter et de partager … Bonne organisation !!

Le lendemain, nous avons fait le dernier atelier, avec les mêmes exercices. Il a très bien, et finalement joué session de selfies routine … une ronde sans fin de selfies avec tout le monde, seul et / ou groupe … hehehe ..

Et la journée s’est terminée entre les salutations, les calins et les discussions sur les ateliers. Une expérience partagée très intéressante qui nous a beaucoup appris. Surtout sur la gentillesse de ces gens et font un excellent travail pour les réfugiés sri-lankais JRS dans le Tamil Nadu. Nous nous reverrons !!!!

JRS Réfugiés Chin, la routine quotidienne de sauver des vies

À New Delhi, nous avons contacté le Service Jésuite des Réfugiés (JRS), une ONG créée en 1980 qui provient de l’ordre des jésuites. Ils ont été consacrés depuis des décennies à l’attention des personnes vulnérables, résultat d’un conflit armé ou d’une catastrophe naturelle, parfois avec de nombreux risques. Spécialement dédié à aider les personnes dans les camps de réfugiés ou de personnes déplacées dans le monde entier, afin d’assurer une vie plus digne possible, pour défendre leurs droits dans les pays où ils sont réfugiés et mettre en œuvre des programmes de développement pour les individus et les communautés afin qu’ils puissent réintégrer la société le plus tôt possible.

  

Le JRS couvre plusieurs domaines d’attention. Ils travaillent dans l’éducation, le développement personnel et professionnel, les programmes de développement économique, la santé, le soutien psychologique, les centres de diversité fonctionnelle, l’aide d’urgence, la nutrition, et fournissent également une aide juridique et des droits humains. Avec 1400 travailleurs, sans compter les réfugiés qui s’entraînent à devenir enseignants, ils ont aidé des millions de personnes à travers le monde, dans 60 pays … presque rien … dès le premier instant nous avons été surpris par l’incroyable travail social et d’aide ce qu’ils font, donnant de l’espoir à des milliers de personnes à travers le monde …

Nous avions déjà travaillé indirectement avec eux à Myitkyina, à travers Soeur Rose Marie des Soeurs de Jésus. Nous avons envoyé un e-mail et nous n’avons pas tardé à recevoir une réponse, le père Stan, directeur du JRS Inde, nous a convoqués pour nous parler. Il a suggéré que nous prenions un atelier pour les réfugiés du Myanmar du groupe ethnique Chin à Delhi. Nous acceptons sans hésitation, et sommes d’accord que ce pourrait être le lundi suivant. A Delhi, il y a environ 2000 réfugiés du groupe ethnique Chin du Myanmar, l’un des 7 groupes ethniques les plus importants dans ce pays.

Chin est l’un des 7 États ethniques du Myanmar. Il est considéré comme la région la plus pauvre avec un taux de pauvreté de 73%. 50% de l’activité économique dans cet état est agraire. En 1962, le général Ne Win a donné un coup d’État au Myanmar et a dirigé le pays pendant 26 ans. Au cours de cette période, le gouvernement a procédé à une banjurisation du pays pour divers intérêts, persécutant tous les groupes ethniques autres que birmans. Le groupe ethnique Chin s’est réfugié dans l’Etat indien de Mizoram, à la frontière de l’Etat Chin, où ils ne sont pas reconnus comme citoyens. Plus de 12 000 de ces réfugiés ont déménagé à Delhi, une grande ville où trouver un emploi décent peut être une tâche impossible.

Donc le lundi suivant nous sommes allés à l’endroit où nous avions été cités, un centre de développement du JRS où les réfugiés Chin apprennent l’anglais, l’informatique de base, la couture et d’autres activités pour donner du travail aux personnes du camp de réfugiés. Nous rappelons que l’objectif principal d’un camp de réfugiés est sa disparition, due à la réintégration de son peuple dans une société sans violence et qui lui permet un développement normal. Cependant, de nombreux camps de réfugiés existent depuis des décennies. Pour cette raison, le JRS fournit des ressources pour le développement personnel et professionnel, pour leur permettre de gagner leur vie de manière indépendante.

Au centre de développement, nous avons préparé ce qui nous avait été demandé, un atelier détendu et amusant pour les femmes qui y assistent … c’est-à-dire, un atelier de Clown! Hahaha … Nous saluons Steffi, Jovin et Morning, une partie du personnel du JRS. Nous sommes entrés dans la pièce, et ils étaient là, toutes les femmes. Un groupe d’environ 20 femmes entre 20 et 60 ans, assises par terre, certaines avec des enfants autour du cou. Ils n’avaient aucune idée de ce que nous allions faire, leurs visages étaient d’une extrême timidité !!!! hahahaha … pas de problème, c’est normal … Mains au travail!

Nous avons commencé avec l’échauffement, l’amusement, tous motivés et volontaires, en riant à la vue de leurs partenaires. Au début, on remarquait qu’ils n’étaient pas très entraînés aux exercices d’attention, mais peu à peu la concentration augmentait, les obligeant à tout donner … Les timides étaient très timides !!! hahaha … mais d’autres ont tiré la voiture en traînant le groupe. Il y avait un sentiment de communauté, de soutien parmi eux, et il était évident qu’ils allaient au centre de développement pour apprendre.

Entre les rires ils se motivaient et se défiaient, se poussaient et se moquaient les uns des autres … Les exercices d’improvisation se passaient très bien. Ils étaient très drôles nez de clown … que mignon … tout d’abord étaient tous super tendus, mais peu à peu détendue et a permis de profiter du moment, le rire et les commentaires, étonné qu’ils puissent être agir avant un public …

Nous nous sommes tous séparés de rire, c’était vraiment amusant et tendre de les voir là, jouissant de petites filles, offrant généreusement à leurs compagnons ces scènes de leurs vies …

Ce fut une expérience formidable, ils ont fait un gros effort, nous les avions emmenés loin de leur zone de confort, et ils avaient répondu très très bien, avec valeur et compréhension parfaite de la proposition, deux valeurs très importantes pour faire un pas en avant, être prêt à entrer dans une société très différente de la vôtre … Nous vous souhaitons le meilleur du coeur, vous avez tout pour l’obtenir !!!!

JRS Chin Refugies, la routine quotidienne de sauver des vies

À New Delhi, nous avons contacté le Service Jésuite des Réfugiés (JRS), une ONG créée en 1980 qui provient de l’ordre des jésuites. Ils ont été consacrés depuis des décennies à l’attention des personnes vulnérables, résultat d’un conflit armé ou d’une catastrophe naturelle, parfois avec de nombreux risques. Spécialement dédié à aider les personnes dans les camps de réfugiés ou de personnes déplacées dans le monde entier, afin d’assurer une vie plus digne possible, pour défendre leurs droits dans les pays où ils sont réfugiés et mettre en œuvre des programmes de développement pour les individus et les communautés afin qu’ils puissent réintégrer la société le plus tôt possible.

  

Le JRS couvre plusieurs domaines d’attention. Ils travaillent dans l’éducation, le développement personnel et professionnel, les programmes de développement économique, la santé, le soutien psychologique, les centres de diversité fonctionnelle, l’aide d’urgence, la nutrition, et fournissent également une aide juridique et des droits humains. Avec 1400 travailleurs, sans compter les réfugiés qui s’entraînent à devenir enseignants, ils ont aidé des millions de personnes à travers le monde, dans 60 pays … presque rien … dès le premier instant nous avons été surpris par l’incroyable travail social et d’aide ce qu’ils font, donnant de l’espoir à des milliers de personnes à travers le monde …

Nous avions déjà travaillé indirectement avec eux à Myitkyina, à travers Soeur Rose Marie des Soeurs de Jésus. Nous avons envoyé un e-mail et nous n’avons pas tardé à recevoir une réponse, le père Stan, directeur du JRS Inde, nous a convoqués pour nous parler. Il a suggéré que nous prenions un atelier pour les réfugiés du Myanmar du groupe ethnique Chin à Delhi. Nous acceptons sans hésitation, et sommes d’accord que ce pourrait être le lundi suivant. A Delhi, il y a environ 2000 réfugiés du groupe ethnique Chin du Myanmar, l’un des 7 groupes ethniques les plus importants dans ce pays.

Chin est l’un des 7 États ethniques du Myanmar. Il est considéré comme la région la plus pauvre avec un taux de pauvreté de 73%. 50% de l’activité économique dans cet état est agraire. En 1962, le général Ne Win a donné un coup d’État au Myanmar et a dirigé le pays pendant 26 ans. Au cours de cette période, le gouvernement a procédé à une banjurisation du pays pour divers intérêts, persécutant tous les groupes ethniques autres que birmans. Le groupe ethnique Chin s’est réfugié dans l’Etat indien de Mizoram, à la frontière de l’Etat Chin, où ils ne sont pas reconnus comme citoyens. Plus de 12 000 de ces réfugiés ont déménagé à Delhi, une grande ville où trouver un emploi décent peut être une tâche impossible.

Donc le lundi suivant nous sommes allés à l’endroit où nous avions été cités, un centre de développement du JRS où les réfugiés Chin apprennent l’anglais, l’informatique de base, la couture et d’autres activités pour donner du travail aux personnes du camp de réfugiés. Nous rappelons que l’objectif principal d’un camp de réfugiés est sa disparition, due à la réintégration de son peuple dans une société sans violence et qui lui permet un développement normal. Cependant, de nombreux camps de réfugiés existent depuis des décennies. Pour cette raison, le JRS fournit des ressources pour le développement personnel et professionnel, pour leur permettre de gagner leur vie de manière indépendante.

Au centre de développement, nous avons préparé ce qui nous avait été demandé, un atelier détendu et amusant pour les femmes qui y assistent … c’est-à-dire, un atelier de Clown! Hahaha … Nous saluons Steffi, Jovin et Morning, une partie du personnel du JRS. Nous sommes entrés dans la pièce, et ils étaient là, toutes les femmes. Un groupe d’environ 20 femmes entre 20 et 60 ans, assises par terre, certaines avec des enfants autour du cou. Ils n’avaient aucune idée de ce que nous allions faire, leurs visages étaient d’une extrême timidité !!!! hahahaha … pas de problème, c’est normal … Mains au travail!

Nous avons commencé avec l’échauffement, l’amusement, tous motivés et volontaires, en riant à la vue de leurs partenaires. Au début, on remarquait qu’ils n’étaient pas très entraînés aux exercices d’attention, mais peu à peu la concentration augmentait, les obligeant à tout donner … Les timides étaient très timides !!! hahaha … mais d’autres ont tiré la voiture en traînant le groupe. Il y avait un sentiment de communauté, de soutien parmi eux, et il était évident qu’ils allaient au centre de développement pour apprendre.

Entre les rires ils se motivaient et se défiaient, se poussaient et se moquaient les uns des autres … Les exercices d’improvisation se passaient très bien. Ils étaient très drôles nez de clown … que mignon … tout d’abord étaient tous super tendus, mais peu à peu détendue et a permis de profiter du moment, le rire et les commentaires, étonné qu’ils puissent être agir avant un public …

Nous nous sommes tous séparés de rire, c’était vraiment amusant et tendre de les voir là, jouissant de petites filles, offrant généreusement à leurs compagnons ces scènes de leurs vies …

Ce fut une expérience formidable, ils ont fait un grand effort, nous les avons emmenés loin de leur zone de confort, et ils ont très bien réagi, avec courage et compréhension de la proposition, deux valeurs très importantes pour faire un pas en avant, être disposé entrer dans une société très différente de la sienne … Nous vous souhaitons le meilleur du coeur, vous avez tout pour l’obtenir!

Lakshyam Vasant Kunj, nous rêvons ensemble parce que tous les enfants sourient

Grâce à Lakshyam, nous sommes également allés à l’école de Vasant Kunj. Google Maps nous avait d’abord situé, donc nous ne demandons pas de confirmation de l’emplacement, mais je me trompais … Nous étions un peu de recherche, et finalement arrivés à l’endroit … Il est situé au sud-ouest de Delhi.

Neha était notre contact, elle nous a trouvés sur la route et nous a accompagnés à l’endroit. En entrant nous sommes restés quelques secondes en état de choc … C’était un quartier de casernes comme nous n’en avions pas encore vu … Toute une esplanade pleine de cartons, de bois, de draps et de cabanes en carton ondulé, au mieux …

La zone de l’école est un espace avec un plastique sur le sol, qui dans un passé lointain avait été une toute nouvelle bannière … L’école était en construction. Cela consistait en une pièce délimitée par des murs faits de sacs de sable. Il y avait encore une demi-hauteur pour penser à mettre en place un toit.

Les enfants étaient vraiment mignon, avait tout du gars en jeans et chemise, petite fille très mignonne avec son Curta rose (chemise longue au genou), le gars avec des vêtements en lambeaux et les tout-petits nus qui se sont présentés de temps en temps là-bas … avec des cheveux sales et en désordre, avec des visages de coquins et vous obtenez … un bon coup … les familles nous regardaient curieusement, des zones d’entrée de leur maison, devant le feu où ils préparaient le naan (type de gâteau de pain indien).

Nous avons commencé l’atelier avec des traductions de Neha. Au début, les enfants avaient du mal, ils n’étaient pas habitués aux exercices de concentration, ils se dispersaient, nous ne pouvions pas former un groupe. Peu à peu tout s’améliorait, à la recherche des bons exercices pour les motiver, nous avons eu toute leur attention.

Les exercices de clown leur coûtaient un peu, ils devaient encore s’ouvrir et s’exposer. Certains ont même trouvé difficile de réagir, ils ont été un peu perdu, se contenta de sourire avec un sourire nerveux … Accompagnant lentement que nous venons compris, et nous avons commencé à jouer ensemble, partager des expériences, de voyager ensemble pendant un certain temps dans d’autres mondes , intemporel, où ils ont montré la réalité.

Ce fut une expérience formidable, et l’important est qu’ils aient été stimulés, provoqués et infectés, accompagnés par la main pour visiter l’intérieur de leur imagination, lieu sans fin et incroyable. Quand nous sommes partis, ils en ont voulu plus, ils voulaient expérimenter, apprendre et s’amuser … ils étaient motivés … mais ce serait le lendemain !!!!

Le lendemain, nous sommes partis directement de Ghaziabad, traversant la ville en métro, de bout en bout. Nous avons mal calculé les temps et sommes arrivés assez tard … De toute façon, tous les enfants excités nous attendaient, seulement pour nous voir devenir fous !!! nerveux parce que nous sommes arrivés et voulant commencer, ils nous avaient attendu pendant une heure et finalement nous sommes apparus! Il y avait aussi deux jeunes volontaires de Lakshyam qui nous ont fait des traducteurs.

Nous avons commencé à nous réchauffer dans une zone plus large. D’abord avec les exercices et les jeux, ils étaient super motivés! Même les frères aînés nous regardaient et nous aidaient à contrôler les enfants. Nous nous sommes sentis les bienvenus, les gens nous ont souri chaleureusement, et les enfants se sont bien amusés. Une dame plus âgée s’est approchée de nous pour nous remercier de ce que nous faisions et nous serrer la main avec un grand sourire.

Nous avons préparé une représentation, les garçons devaient les manger! Regardez les photos! mais quelle douceur de garçons et de filles … on bave à quel point ils étaient doux et motivés, tout donnant, avec le nez d’un clown … Plus mature et savant que d’habitude … Chaque fois qu’une intervention était terminée, levé tous de ne pas perdre l’occasion d’être le prochain, avec la main levée, désespérée de jouer, d’agir, de partager leurs propres stimuli avec nous tous … Aaaaish … mais magnifique … il suffit de regarder leurs visages vouloir les manger !!! !

Et l’après-midi est passé, les enfants ont passé un bon moment, nous avons beaucoup apprécié. Maintenant avec les rotis en main, nous supposons que c’était leur dîner, nous nous sommes dit au revoir et à gauche, suivis pendant un moment par les enfants souriants, serrant les mains, l’air heureux … Nous prenons leur énergie, leur simplicité et leur amour que nous ils ont donné …

Nous espérons que nous avons laissé une étincelle de joie et nous vous emmenons avec nous. Et pour cette raison, nous écrivons ces messages, non pour montrer ce que nous faisons, mais pour qu’ils soient dans l’esprit de tous, nous accompagner pour toujours, peut-être un jour nous comprendrons … Vous méritez le meilleur …

Lakshyam Ghaziabad, une école parmi les décombres, une oasis d’espoir

Une autre organisation avec laquelle nous avons collaboré était Lakshyam. C’est une ONG qui collecte des fonds pour l’éducation de la population des quartiers les plus pauvres de Delhi. Ce n’est pas une tâche facile, non seulement ils doivent collecter des fonds pour créer de l’équipement et payer des salaires, mais ils doivent aussi s’assurer que ces installations sont entretenues et que les enfants vont à l’école.

Lakshyam travaille avec trois centres à Delhi, mais en raison de problèmes d’absentéisme, nous n’avons pu collaborer que dans deux d’entre eux: Ghaziabad et Vasant Kunj.

L’école de Ghaziabad est située dans le quartier du même nom, situé dans la partie nord-est de Delhi. Cette école est un petit bâtiment avec trois petites pièces: un bureau, toujours fermé avec un cadenas, une salle de couture et un service de médicaments pour les voisins. Tout est entouré d’une clôture en béton.

Les enfants apprennent dans un espace extérieur couvert, sur un tapis d’alfa et avec un tableau noir. À l’intérieur de l’enceinte il y a aussi une mini-fourgonnette avec le nom de Lakshyam qui sert de zone de stockage, une autre voiture abandonnée, quelques débris et quelques balançoires démolies.

Nous avons été convoqués à 10h, notre contact était Aishwarya, avec elle nous avons organisé les enfants. En raison de la variété d’âge, nous avons décidé de faire deux groupes, et ce jour-là nous commencerions par les plus âgés, de 8 à 12 ans. Nous avions un temps limité car à 13h une autre visite viendrait.

Les enfants étaient très honteux, quand nous étions en cercle, les filles évitaient d’être à côté de moi, à côté d’un homme, on ne sait pas si par pudeur ou timidité … hahaha … elles étaient drôles.

Nous commencions toujours à nous réchauffer, en commençant la concentration du groupe, en demandant aux enfants de faire attention à ce que nous faisions là … Ce n’était pas facile, comme c’est souvent le cas, mais petit à petit tout le monde se motive.

Au fur et à mesure que nous avancions dans les exercices, ils sont de plus en plus impliqués dans l’interprétation, essayant de faire mieux, de se montrer … tous très concentrés !!! un amour des filles et des garçons !!!!

Les familles, qui attendaient des médicaments, dans la salle qui leur était assignée, entouraient les étudiants qui observaient et commentaient les exercices qu’ils effectuaient, curieux et ravis de leurs ébats …

À la fin, nous avons manqué de temps pour que tout le monde participe, mais nous reviendrons la semaine suivante … Nous avons donc dit au revoir jusqu’au lendemain.

Une semaine a passé et nous étions là encore. A cette occasion, Aishwarya n’a pas pu venir, alors nous avons essayé de faire les ateliers sans traduction. Nous rassemblons tous les enfants. Nous avons été ravis de voir que des enfants nous avaient rejoints qui, la veille, nous regardaient de l’extérieur … ils portaient leurs meilleurs vêtements …

Les échauffements ont été répétés, la plupart d’entre eux les connaissaient déjà, donc tout s’est bien déroulé. Les exercices suivants étaient nouveaux et nous avions besoin de traduction … Heureusement, le professeur, qui regardait de loin parlait un peu anglais et nous aidait.

Les interprétations des enfants étaient émotives, ils essayaient tous du mieux qu’ils pouvaient, certains défiant une grande timidité, d’autres se montraient. Comme la veille, toutes les familles entouraient les petits garçons qui faisaient les exercices, les curieux aimaient les interprétations de leurs enfants.

A 12h30 nous nous préparons à faire le spectacle. Nous avions tout préparé quand nous avons donné le signal de départ, et nous sommes apparus … Les garçons et les filles étaient déjà motivés, n’importe quel geste et mouvement semblait drôle. Ils ont reçu les actions généreusement et ils mouraient d’envie de partir en tant que bénévoles … Donc tout s’est très bien passé. Dans ce cas, j’ai joué moi-même du son, ce qui m’a enlevé un peu de fluidité et de brillance, mais tout s’est bien passé, tout est devenu très clown et les enfants ont apprécié.

Et nous sommes finalement allés, laissant derrière lui une relance de jeux faim, curieux et intelligent que tous les enfants des autres enfants, mais dans un environnement qui ne fonctionne pas, voir si le bon travail de Lakshyam peut les aider à briser la chaîne de la pauvreté attache-les …

CanSupport, une aide vitale (Partie 3)

Et la troisième et dernière expérience avec CanSupport, pour l’instant. Cette fois c’était le vendredi, la garderie pour adultes.

Comme le public était différent, nous pourrions faire le même nombre que les jours précédents. Cette fois-ci, tout le monde était assis sur les tapis et juste quand nous sommes arrivés, ils ont commencé à se lever, mais parce qu’à ce moment-là, ils ont ouvert leur tour pour distribuer les médicaments.

Nous avons commencé le spectacle, avec la compagnie prisée de l’une des dames responsables et avons eu un rire beau et contagieux … un succès certain!

IMG_20171204_110541

Les adultes ont commencé à sourire, mais quand nous avons regardé rapidement caché son rire, surtout les, montrant la dure est devenu sérieux à nos ébats … C’était juste timide et protection, afin de minimiser les chances que nous avons choisi de faire du bénévolat .. hahahaha …

IMG_20171208_115732

Une dame du public, offert dès le départ de travailler, ne pas arrêter de rire … il m’a rappelé ma tante Mari Carmen … Elle a danser, Mayra au défi de vaincre, et nous avons marché à lui donner un peu couleur à la scène de sa présence … tout un goût … Le spectacle entier a continué avec le plaisir de tous … avec de nombreux protagonistes … par timide ou en osant … nous avons tout joué …

Une fois terminé, nous avons applaudi et nous nous sommes embrassés, tous ravis et avec de bons sentiments. Certains sourires signifiaient beaucoup pour nous, ils nous ont appris que nous avions vraiment contribué à créer un monde meilleur, ne serait-ce que quelques minutes …

IMG_20171208_115756

Avant notre départ, nous avons parlé avec Pukhraj, il nous a invités à l’accompagner pour faire des visites dans l’après-midi qu’il fait lui-même deux jours par semaine. Nous acceptons, bien sûr que ce serait intéressant.

Picture36

Nous nous rencontrons à la station de métro A.I.I.M.S (All Indian Institute of Medical Science). C’est un méga hôpital public, le plus grand en Inde. Il sert des personnes de tous les coins de l’Inde. En périphérie, les patients s’accumulent pendant des mois en attendant leur traitement, ce qui peut parfois prendre des années. Ainsi, les patients et leurs familles déménagent à Delhi en attendant leur traitement et restent dans la rue ou dans une «résidence» conçue pour eux, jusqu’à l’arrivée de leur traitement.

En quittant le métro, nous trouvons Pukhraj. Il y avait aussi un groupe de volontaires avec qui il avait collaboré il y a longtemps. Ils se préparaient à nourrir des centaines de personnes en attente de traitement à l’extérieur de l’hôpital. Ils ont offert de nous aider et nous sommes allés travailler là-bas! Notre fonction était de rejoindre la chaîne et de donner aux gens des verres à eau. Les gens ont reçu leur part d’eau avec des visages souriants par curiosité envers nous …

Puis Pukhraj nous a emmenés là où il voulait nous emmener … Il s’agit des résidences de l’hôpital, où les gens vivent des mois voire des années. Les prix varient d’un lit dans une chambre pour 50 roupies à un espace de 10 roupies par nuit. Nous sommes allés voir les gens surpeuplés dans cette dernière option, des gens sans ressources qui n’ont pas non plus les moyens de gagner leur vie …

C’est une grande pièce où chaque parcelle de 2-3 mètres carrés est attribuée à chaque famille, une parcelle attenante à l’autre, à l’étage, sur carton, avec les quelques biens de la famille. Une vision vraiment triste. Là, Pukhraj se promène dans la pièce et les patients et la famille expliquent leurs problèmes, afin de faire des contributions ciblées, comme des médicaments ou, dans certains cas, des articles qui peuvent changer des vies, comme une machine à coudre.

Beaucoup de gens avec qui nous avions partagé à Day Care étaient là. Un homme nous a même offert un café soluble d’à peu près … combien il avait peu … pour nous remercier du bon temps passé avec le spectacle …

Nous étions sur le point d’agir là-bas, nous étions prêts, mais les gardiens et l’administrateur du site ne voulaient pas qu’on fasse du bruit … pour éviter toute publicité, alors il ne nous a pas quittés …

C’était une situation difficile, c’était comme marcher dans la vie de gens qui ne s’amusent pas, mais Pukhraj a insisté, et il fait du très bon travail. Notre rôle était de divertir et de jouer avec tous les enfants qui se joignaient à notre démarche. Nous avons fait des jeux et des bouffonneries et passé un bon moment …

Picture39

Un spectacle qui nous a laissé indifférent … voir à le sentir … En fin de compte, nous avons dit au revoir au peuple et Pukhraj qui est allé à la pharmacie située en dehors de la résidence avec un entourage de personnes qui les acheter la médecine si nécessaire …

CanSupport, une aide vitale (Partie 2)

Le lendemain de la collaboration avec CanSupport était mercredi, la journée dédiée aux adolescents. Après le premier jour nous connaissions déjà le chemin, en marchant 2 km, en métro et 2 km en passant par Delhi … c’est déjà une aventure …

En arrivant; il y avait des adolescents, des négociations avec des bénévoles de CanSupport, des médicaments, des tapis, ou ils attendaient juste de commencer les activités réservées pour ce jour-là … Ils avaient déjà avancé qu’ils feraient une performance de clown, et ils attendaient le occasion.

La personne qui nous a reçus était M. Pukhraj, un gentil homme de la religion sikh qui porte toujours un turban. Il nous a dit qu’ils commenceraient à faire une petite méditation avec eux et que, lorsque nous serions prêts, nous pourrions commencer à agir. Cela nous a laissé assez de temps, alors nous sommes allés préparer une petite pièce adjacente. Là, nous mettons nos vêtements et nous nous rattrapons, et une fois prêts, nous vous le faisons savoir pour commencer …

Picture21

Apparaît et commence les premiers rires … En plus de tout le public était prédisposé, l’un des bénévoles n’a pas arrêté de rigoler très fort !!!!! … a eu un rire très contagieux, et n’a pas arrêté de rire .. Cela m’a rappelé notre bien-aimée Ulla, une compagne de clown qui aimait rire … le meilleur cadeau pour agir … Rapidement tout le monde a rejoint la fête, riant et interagissant avec les gens …

Cette performance était spéciale, pour les rires abondants, pour les jeux improvisés qui coulaient comme des rivières, tout était cher !!! Il y avait aussi des gens dans le public qui étaient tranquilles, ils passaient un bon moment … bien que dans un mauvais, très mauvais moment … Nous essayons de transmettre tout notre amour au regard, avec nos gestes, en les faisant participer à cette histoire, tous ensemble.

Dans certains cas, ils étaient drôlement abasourdi, sans voix, n’a pas répondu aux stimuli que nous leur avons proposé, en particulier les adultes qui accompagnent les adolescents … Après le spectacle, nous avons découvert que si vous n’avez pas répondu était parce qu’ils étaient bloqués par timidité ou par surprise moment … un amour des gens!

IMG-20171207-WA0010

L’ensemble du spectacle était un cadeau que les participants nous ont donné, tout a coulé dès le premier instant … une joie … A la fin nous avons partagé les commentaires sur l’expérience, les avis étaient très bons, ils avaient apprécié … Jusqu’à ce que nous puissions autographes !!!! Nous étions très surpris! et il nous a aussi fait l’éloge un peu … hehehehe … nous ne sommes pas faits de pierre …

IMG-20171207-WA0014

À la fin, Pukhraj nous a invités à manger, commentant l’importance du travail émotionnel des adolescents. Puis nous avons accepté de revenir la semaine suivante pour faire un atelier de clown avec les mêmes adolescents … Et ce serait un plaisir !!! Mais qu’est-ce que vous êtes les gars … c’est un plaisir de se revoir.

Picture3

Picture7

Les jours ont passé, et le mercredi suivant est arrivé !!!! le jour de l’atelier pour les adolescents. Nous nous dirigeons vers CanSupport !!!! Nous avons atteint le premier étage, cette fois les adultes étaient dans la première partie de la pièce principale et les adolescents dans la deuxième partie, séparés par un écran … Là nous avons commencé l’atelier.

Il y avait environ 20 personnes, garçons et filles. Nous commençons avec l’échauffement habituel. Nous étions conscients que nous devions un peu baisser les révolutions, mais il est également vrai qu’une marche un peu saine allait les faire s’amuser.

Picture13

Nous avons fait un cercle, la plupart étaient debout, et certains assis sur une chaise car ils étaient trop faibles. La vérité est que la plupart d’entre nous ont enduré tout le temps! Vous pourriez les voir en train de profiter …

Picture15

C’était une joie de motivation, de participation et d’intérêt. Ils ont été livrés dans chaque exercice. Dans les petites improvisations, il y avait quelques adolescents qui voyaient des qualités innées comme des clowns!

Picture14

Ils ne faisaient pas semblant, ils ne forçaient pas, ils venaient simplement du cœur. Leurs actions étaient riches en détails, faciles à suivre, avec un tempo de film muet … C’était une joie d’atelier, ces gamins sont très motivés … Peut-être qu’on peut faire quelque chose un peu plus longtemps … on va le planifier !!! Nous allons l’adorer !!!!!

Après notre atelier, Franky est apparu, un Américain qui était en vacances en Inde et qui s’est également porté volontaire. Franky est venu donner un cadeau très spécial, il a distribué un yo-yo à chacun et leur a montré comment utiliser … Les enfants étaient très excités !!!! tous concentrés avec leur yo-yo …

IMG_20171213_115644

Pour eux, ce fut une belle matinée, avec beaucoup de surprises, d’émotions et surtout d’amour, que nous avons tous besoin de savoir que tout va bien, sourire, découvrir quelque chose, partager un nouveau moment, une émotion. Alors on finit la journée, avec des gens heureux et heureux, entre des sourires et des câlins … c’est difficile à décrire, on le prend à l’intérieur.

CanSupport, une aide vitale (Partie 1)

La prochaine collaboration prévue à Delhi a été avec CanSupport, une organisation qui fournit de l’aide aux patients atteints de cancer sans ressources. Ils leur fournissent de la nourriture, des médicaments et des extras qui peuvent changer leur vie.

cansupport-homepage

Ils préparent également une garderie hebdomadaire pour chaque groupe, enfants, adolescents et adultes. Là, ils font de la méditation, font des activités avec des volontaires, leur donnent des médicaments et des conseils médicaux, et fournissent aussi des produits comestibles.

IMG_20171204_121834

Nous savions que nous agirions en garderie, pour les enfants le lundi, les adolescents le mercredi et les adultes le vendredi. Le problème était que nous ne savions pas en quoi consistait une garderie. Nous pensions que ce serait sur le plancher d’un hôpital, et que nous devrions être un clown de l’hôpital.

IMG_20171208_122216

Nous avons donc contacté notre amie Elena Donzel, qui est une grande artiste et qui, parmi beaucoup d’autres compétences, a une grande expérience en tant que clown de l’hôpital, à Payas Hospital de Valencia. Elle nous a donné tous les conseils que nous avions prévu était aux actions, dans le respect et la sensibilité … et vrai clown hôpital est pas facile … Nous voulons transmettre notre admiration pour les professionnels ils effectuent ce travail.

Et enfin le jour est arrivé, nous avons trouvé l’endroit sans trop de problèmes, nous avons grimpé les escaliers jusqu’à ce que nous atteignions le salon et là nous avons eu une idée de ce que ce serait comme. C’était une grande pièce couverte de tapis d’osier où les mères étaient assises avec des enfants malades.

IMG_20171204_121800

Là, nous ferions notre truc pendant 1 heure et demie. Nous nous attendions à devoir interagir dans des espaces différents, mais ce n’était pas le cas, ils étaient tous dans le même espace, donc nous pouvions faire notre nombre de brosses à soupirer … Et nous l’avons fait.

IMG_20171204_110612

La musique a commencé et nous sommes allés sur scène. Les enfants ont commencé à rire, certains ont été attend avec impatience, mais avec peu de puissance, donc nous avons essayé de diriger plus d’attention, et il a montré dans leurs visages, tout à coup ils dégageaient une lueur de confort, ils ont ouvert les yeux et le sourire se mêlaient avec ta douleur …

IMG_20171204_110834

Une sensation dont nous nous souvenons encore, nous réconforte tout en nous pesant. Les enfants les plus actifs ne pouvaient pas rester assis, ils se levaient, ils s’approchaient, nous les enlevions à des volontaires, le tout avec un sourire d’excitation, d’émotion.

IMG_20171204_111343

À la fin du numéro, nous avons continué avec des marionnettes à doigt que nous n’avions pas encore utilisées tout au long du voyage. Nous avons essayé de créer une histoire mais ce n’était pas facile, ils ont rapidement sauté sur nos doigts, ils ne voulaient pas être assis à la recherche … ils voulaient de l’action !!!!

IMG_20171204_114354

Nous avons donc passé le reste du temps à jouer pour créer leurs propres histoires, pour lutter contre les dragons et pour faire voler tous les personnages d’un côté de la pièce à l’autre …

Et le temps s’est écoulé, les enfants les plus excités n’ont pas arrêté de jouer, avec beaucoup de désir d’explorer, et ceux qui n’avaient pas beaucoup d’énergie étaient allongés en appréciant les bandes dessinées que nous avons créées ensemble. Nous les avons vus heureux après une matinée avec les clowns … Aish … comme ils sont mignons …

IMG_20171204_114359